Facebook Twitter Gplus Google Maps E-mail
Home Jésus de Nazareth, dit « Christ » Jésus, Fils de Dieu fait homme

Jésus, Fils de Dieu fait homme

Jésus, Fils de Dieu fait homme 13KB

Les évangiles, livres écrits plus tard par ses disciples, et qui racontent la vie et les actes de Jésus, expriment cette identité de Jésus de différentes manières. Ainsi, ils rapportent ces paroles de Jésus : « Je SUIS le chemin, la Vérité et la Vie  » (Jn. 14, 6) ; «  Qui me voit, voit le Père » (Jn. 14, 9) ; « Avant qu’Abraham n’existât, moi je SUIS » (Jn. 8, 58) ; « le Père est en moi, et moi dans le Père » (Jn. 10, 39) ; « le Père et Moi, nous sommes UN » (Jn. 10, 30). Ou encore, cette phrase de Jean, dans le prologue de son évangile : « Dieu, personne ne l’a jamais vu. Dieu Fils Unique, qui est dans le sein du Père, nous l’a dévoilé » (Jn. 1, 18).

Pour exprimer ce qui est en jeu dans l’« événement Jésus », on parle donc de celui-ci comme de la Parole ou du « Verbe » de Dieu (du latin « verbum », parole), qui partage la divinité même de Dieu, qui est identique à Dieu. Ce que Jean exprime ainsi au tout début de son évangile : « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu » (Jn. 1, 1).

On parle également de lui comme du « Fils » de Dieu. Cette expression ne doit pas être comprise en un sens trop « humain », mais elle dit cependant quelque chose d’essentiel : si Jésus s’identifie à Dieu, il s’en distingue en même temps comme quelqu’un de différent, qui « vient » de Dieu, tout comme un fils est engendré par son père. Ainsi, de même qu’un fils porte les caractéristiques génétiques de son père, le Fils de Dieu est semblable à son Père, il en est l’image, l’expression parfaite. Il se reçoit lui-même pleinement de son Père qui l’aime d’un amour absolu, et il lui rend cet amour en se donnant totalement à lui, dans l’éternité de la vie de Dieu.

C’est ce Verbe de Dieu, ce Fils de Dieu qui, selon les chrétiens, est devenu un homme, en tous points semblable à nous, partageant toutes les dimensions de notre vie. Jean l’exprime dans cette  belle formule : «  Et le Verbe s’est fait chair, et il a habité parmi nous » (Jn. 1, 14). C’est ce que la théologie chrétienne appelle le mystère de l’Incarnation de Dieu.

Le Verbe ou le Fils de Dieu est donc à la fois identique à Dieu et différent de Lui. Ainsi, le Verbe de Dieu, devenu homme dans la personne de Jésus, parle de Dieu comme de Quelqu’un d’autre, avec qui il vit dans une intimité exceptionnelle, et qu’il appelle « mon Père ». Il apparaît ainsi qu’il y a en quelque sorte deux « personnes » en Dieu. Jésus parle d’ailleurs encore d’une troisième « personne » : l’Esprit de Dieu, qui vient habiter dans le cœur des hommes, et leur fait connaître qui sont le Père et le Fils. Ainsi, il y a trois « personnes » en Dieu : le Père, le Fils, et le Saint-Esprit – le mot « personne » ne fait qu’évoquer imparfaitement une réalité qui nous dépasse –, tandis que ces Trois sont, ensemble, un seul Dieu. Ce que la théologie chrétienne a exprimé plus tard à travers le mot « Trinité » (Tri-unité).

© Fondation Saint-Paul (www.fsp.be)